Visite de la vieille ville de Morges

Mittwoch, 22. Februar 2017

Nous avions rendez-vous le mardi 22 février 2017 avec Jean-Paul Perrin pour une visite guidée à travers Morges.

Un rapide coup d’œil sur le Château construit comme forteresse en 1286 par les Comtes de Savoie et qui était aussi une des résidences de la Cour. Bonne de Bourbon et Amédée VI, le Comte Vert y séjournèrent au début de leur mariage pour entreprendre un pèlerinage à Notre Dame de Lausanne et y rendre hommage à l’évêque.

Vers la fin de la période savoyarde, Morges avait perdu de l’importance, les Comtes étaient alors plus tournés vers leurs terres du sud. En 1286 il n’y avait que des Lacustres et tout autour c’était de la prairie, cela s’appelait le carré Savoyard, les propriétaires étaient les Bernois qui avaient annexé le canton de Vaud.

Pendant longtemps, à l’exception de la rue Couvaloup, les rues morgiennes ne portaient pas de nom. Peu à peu on prit l’habitude de nommer l’actuelle rue Louis de Savoie « rue du Lac » puis on la baptisa du nom du fondateur de la ville.

Plusieurs personnages importants : Donzel, Banquier, Seigneur etc, puis nous passons vers l’hôtel de Ville construit en 1515 par Charles le Téméraire. Après la bataille de Morat il offrit la statue de la justice. Nous visitons la maison Bolle dont l’eau passait dessous la bâtisse pour se jeter dans le lac.

Des petites rues traversières donnaient un puits de lumière, car il n’y avait pas encore d’électricité. Les maisons étaient très étroites mais hautes pour payer moins de taxes.

En 1690 il y eu une voie ferrée, un train venait apporter des marchandises depuis Yverdon à Morges et amenées au Grenier Bernois avec leurs stocks de graines de blé et de sel. Sous la protection de la tour orientale du Château, le port de Morges existe depuis la fondation de la cité. Entre les deux guérites situées à l’entrée du port on pouvait tendre une chaîne pour défendre l’entrée du port. Les Bernois avaient de nombreuses galères, une flotte de guerre pour défendre Genève, mais les bateaux ne sont jamais entrés dans le port.

En 1852 une concession vaudoise pour un chemin de fer Morges/ Lausanne à Yverdon et constitution de la compagnie. En 1857 construction de la gare à son emplacement actuel et ouverture du tronçon Villeneuve-Bex.

De 1737 à 1738 sous le régime Bernois Morges avait deux rues principales entourées par une muraille de 1,50 de haut par la suite celle-ci est devenue la rue des Fossés. Construit de 1822 à 1827 en style néo-classique par l’architecte Lausannois Henri Perregaux le casino Grenette sera transformé en bureau de poste en 1897.

Nous visitons l’Eglise catholique de St-François de Sales qui a été construite en 1844 grâce à Mme de Castellane qui habitait Riond-Bosson la propriété du pianiste Paderewski qui recrutait les gardes Suisses, C’est au peintre Faravel que l’on demanda de faire sur du verre le chemin de croix qui est toujours d’actualité.

En 1775, l’Eglise protestante fût démolie puis reconstruite à côté sur un terrain marécageux. Les Bernois prêtèrent de l’argent pour le chœur de l’Eglise, et pour le clocher qui s’était effondré. 364 pilotis en chêne furent plantés pour soutenir la nouvelle Eglise de style baroque, comme à Berne et Yverdon. La table de communion en marbre noir est d’origine, l’orgue est de 1788, mais a été rénové deux fois.

Nous terminons la visite par le Casino construit en 1900, mais une année plus tard, il y eu un ajout derrière le Casino, en arrière de la fosse pour mettre les décors.

Plusieurs personnalités et leurs descendants habitent Morges : les familles Monod, J-J Cart, Muret ont toutes contribué à la naissance de Morges la coquette.                                                                       

 Malou Morisetti